Enfants/Ados

 

Les enfants et les adolescents ont des besoins spécifiques qui doivent être assurés pour avoir une bonne croissance et être en bonne santé.

Ils doivent apporter suffisamment de calcium pour assurer leur capital osseux et leur émail dentaire.
Selon l’âge, les enfants auront une consommation en moyenne de trois produits laitiers par jour, alors que les adolescents devront en apporter quatre au cours de la journée pour atteindre leurs apports nutritionnels conseillés de 1200 mg de calcium par jour.
                                               
Afin de bien grandir et être en bonne santé,  il faut suivre quelques principes de base:
– Privilégiez un bon petit déjeuner, souvent négligé la plupart du temps au risque de consommer trop le soir ou de grignoter dans la journée.
En effet, le dîner doit toujours être léger, car le corps se prépare au sommeil.
De plus, vous ne dépensez pas trop ce que vous avez consommé le soir, ce qui a tendance à ce que les aliments ingérés soient stockés sans le corps;
– Ne sautez pas de repas et ne grignotez pas entre les repas;
– Ne mangez pas devant la télévision ou encore évitez d’être sédentaire, de rester devant l’ordinateur, ni de jouer aux jeux vidéos;
– Dépensez vous suffisamment, en pratiquant 60 minutes de sport par jour;
– Buvez au moins un litre et demi d’eau tous les jours, en essayant de varier le plus possible les eaux;
– Faites au moins neuf à dix heures de sommeil par jour, car durant l’enfance et l’adolescence, la croissance impose un nombre plus important d’heures de sommeil. De plus, couchez vous et levez vous à heures fixes.
– Privilégiez la consommation des légumes et des fruits au détriment des produits sucrés.
Aussi, variez aux maximum les fruits et légumes.
Si vous n’aimez pas les légumes, associez les aux féculents.
Vous trouverez de nombreuses idées de recettes dans la la rubrique recettes, telles que les gratins de pommes de terre aux épinards, les tortis aux courgettes, …
Je mets à la disposition des parents un programme ludique, permettant de préparer et de décorer des plats de façon à ce qu’ils soient mieux appréciés par vos enfants.
Il faut savoir que vers l’âge de trois à cinq ans, l’enfant a peur des aliments inconnus.
C’est pourquoi, ne vous découragez pas si par exemple, votre enfant n’aime pas un légume: plus l’aliment sera présenté à l’enfant, plus il sera consommé, voire apprécié.
Par ailleurs, les parents doivent éviter de culpabiliser l’enfant et doivent relativiser sans être laxiste non plus.
L’école elle même peut également proposer des dégustations à thèmes, des  ateliers, par exemple pour faire découvrir de nouveaux aliments aux enfants.
Le fait de voir leurs camarades de classe les consommer sera plus facile pour l’enfant de les accepter.
Par ailleurs, face à l’obésité infantile, le PNNS (Programme National Nutrition Santé) a mis en place des mesures afin de prévenir de ce problème majeur de santé publique, tel que:
– le respect du plan alimentaire dans les cantines scolaires, en transformant leur directive en arrêté;
– l’obligation d’avoir une diététicienne dans chaque cantine scolaire ou rattachée à une cantine scolaire pour vérifier si les menus correspondent bien aux mesures du PNNS;
– la suppression de distributeurs dans les écoles;
– la mise en place  d’équipements sportifs dans les lieux publics, comme les parcs, la mise à disposition de vélibs,…et promouvoir une plus grande activité physique à l’école;
– la suppression des cadeaux offerts dans les packets de céréales, car cela incite l’enfant à acheter le produit pour le cadeau, même si celui-ci n’apprécie pas forcément le goût de ces céréales;
– la suppression de bonbons et friandises dans les caisses du supermarché (cependant on retrouve toujours encore quelques produits sucrés, comme les barres chocolatées pour enfants, ou encore les chewing-gum light);
– la mise en place d’affiches publicitaires, comme: « pour votre santé, dépense toi bien », « évite de grignoter dans la journée », « ne manges pas trop gras, trop salé, trop sucré », « consommez cinq fruits et légumes par jour » …
D’autre part, on constate que le surpoids est souvent lié à d’autres facteurs comportementaux ou environnementaux: isolement, rejet, exclusion sociale, pression sociale, médiatique, conflits familiaux, tristesse, dépression, ennui, échecs scolaires, amoureux, …
La nourriture ne peut pas remplacer un manque, ni remplacer un stress ou quoi que soit.
Elle n’est là que pour nous apporter l’énergie indispensable que notre organisme a besoin pour son bon fonctionnement.
C’est pourquoi, une prise en charge est parfois nécessaire pour corriger d’éventuels troubles, comme la compulsion, la boulimie ou encore, l’anorexie.
Dans tous  les  cas, une prise en charge multidisciplinaire est la meilleure solution à envisager.