Alimentation sans résidu

Cette alimentation est utilisée dans le cas de pathologies coliques et en service de gastroentérologie après une chirurgie.

 

Les résidus coliques:                                                                                                                les résidus coliques sont les parties d’aliments qui ne sont ni absorbées, ni digérées et qui parviennent au niveau colique.                                                                  Ils ont un rôle intéressant car ils participent à la qualité de la flore colique et de l’épithélium.

Ils ont aussi un rôle positif dans la prévention des cancers.

On retrouve dans cette catégorie de nutriments :

– les fibres alimentaires

– les amidons résistants : mal cuit, encapsulé, produits céréaliers cuits refroidis et réchauffés (amidon rétrogradé)

– l’inuline, le raffinose, le stachyose (dans l’artichaut), les a galactosides (légumes secs), le lactose

– l’ovalbumine (mal digérée chez certaines personnes) et certaines scléroprotéines (selon tolérance personnelle)

– les fructooligosaccharides, présents dans certains produits laitiers

 

Quels sont les aliments à privilégier? 

Le choix des aliments dépendra du stade de la présence de résidus.

Pour le régime sans résidu strict: 

Produits laitiers: fromages à pâte pressée (cuite ou non), appartenant au choix du régime normal-léger.

Produits carnés: Viandes de première catégorie, blanches ou rouges, plutôt maigres (< 5 % de lipides), jambon dégraissé découénné, poissons blancs, oeuf cuit (dur : ovalbumine cuite et digérée).

Produits céréaliers: produits céréaliers blancs, très raffinés, petit calibre, cuits juste avant consommation : semoule, tapioca, farine, riz, petites pâtes à potage, pain, pain grillé industriel, biscotte (car « prédigestion » de l’amidon lors du processus de fabrication). Mais aussi, les biscuits secs (boudoirs, petit-beurre, tuiles).

Fruits et légumes: aucun n’est permis, sauf en infusion : bouillons filtrés (sans fibres)

Corps gras: crus, en assaisonnement, en quantité contrôlée et limitée

Produits sucrés: sucre, miel (tolérance perso car effet laxatif), sirops de fruits, chocolat plutôt noir (au lait : laxatif), cacao dégraissé.

Boissons: eaux faiblement minéralisées, eau gazeuse (selon tolérance personnelle), café, thé, infusions légères.

Epices et aromates: en petite quantité, en infusion

Produits diététiques: lait délactosé à reconstituer (poudres OLAC, ALMO) et

CNO (compléments nutritionnels oraux): produits sans lactose, sans fibres.

 

 

Pour le régime sans résidu large (ou Epargne Intestinale), les autres aliments autorisés, en plus de la liste ci-dessus, seront les suivants:

Produits laitiers: petite quantité de lactose : lait ou équivalents en petite quantité (250 ml max) pris au sein des repas, plutôt dans des préparations (béchamel, purée); yaourts natures voire aromatisés (mais pas aux fruits), fromage blanc, fromages frais du régime normal-léger (< 45 % MG)

Produits carnés: viande de première catégorie selon la teneur en lipides, jambon dégraissé découenné, poissons blancs, oeuf cuit

Produits céréaliers et équivalents: produits céréaliers blancs, très raffinés, de calibre moyen, cuits juste avant consommation, pommes de terre, pain, pain blanc non frais.

Fruits et légumes: aucun en théorie, sauf bouillons et jus passés

En pratique : parfois la carotte cuite ou la compote de pomme est intégrée en petite quantité (celles-ci augmentent la viscosité des selles en cas de diarrhée)

Corps gras: crus, en assaisonnement, en quantité contrôlée mais moins limitée.

Produits sucrés: sucre, miel (tolérance perso car effet laxatif), sirops de fruits, chocolat plutôt noir (au lait : laxatif), cacao dégraissé

Boissons: eaux peu minéralisées, eau gazeuse (selon tolérance personnelle), café, thé, infusions légères, pas d’alcool mais le vin peut être toléré en quantité très modérée (selon tolérance perso et la pathologie)

Epices et aromates: en petite quantité, en infusion, sel, muscade très légère et épices douces.

Produits diététiques: lait délactosé à reconstituer (poudres OLAC, ALMO)

 

Quelles sont les incidences nutritionnelles ? 

Les apports conseillés en :

. Energie : satisfaits (par les apports en glucides complexes des produits céréaliers)
. Protéines : satisfaits
. Lipides : couverts (qualité à surveiller)
. Glucides : couverts, la répartition glucides simples/glucides complexes augmente (car il n’y a pas le lactose du lait, ni de fructose et ni de saccharose des fruits et légumes)
. Minéraux et vitamines : carence possible en potassium, vitamine C, ß-carotène, B9 , de Vit D (selon lait de remplacement), avec une baisse en générale des apports en vitamines B (blutage des produits céréaliers)

. supplémentation médicamenteuse possible

. Eau : couvert
On suivra donc un régime sans résidu sur une durée très courte à cause des manques en vitamine et minéraux, mais aussi à cause de la monotonie du régime (monochrome : blanc).                                                                                                 On tentera de passer au sans résidu large le plus vite possible.

Quelles peuvent être les conséquences sur le plan psychologique? 

L’alimentation sans résidu est monotone, triste, sans couleur et généralement sans saveur : elle est donc anorexigène.

Il faudra donc élargir le régime le plus rapidement possible en diversifiant l’alimentation et le choix des aliments en fonction des capacités de chacun.

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci beaucoup pour votre site web, je l’ai trouvé très instructif. J’y ai appris beaucoup de choses, de plus, il est bien construit et attrayant à consulter. Excellente continuation à toute l’équipe. Pacale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *